Jardin du Landry – Carte Interactive

J’ai réalisé une carte interactive du jardin du Landry pour permettre aux visiteurs de mieux se retrouver dans le jardin, mais également pour leur permettre d’avoir des informations pédagogiques sur ses différents espaces et ainsi mieux appréhender la permaculture.

J’ai dans un premier temps étudié les différentes données du jardin, pour mettre en évidence les éléments les plus intéressants à intégrer à la carte. Après avoir récolté toutes les données, je les ai schématisées, à la main dans un premier temps, en m’inspirant des méthodes de Giorgia Lupi et de Stefanie Posavec, puis sur Illustrator.

Le jardin : couleurs, formes et espaces

Sur ce schéma les formes géométriques représentent une forme simplifiée de l’arbre ou de l’arbuste, les couleurs des cercles représentent la couleur des fruits, sauf pour les herbacées, qui n’ont pas de fruits, mais la couleur du symbole au centre détermine la couleur de l’écorce. La couleur du contour de chaque zone est la même que sur le schéma de répartition des plantes.


La répartition des plantes par espace

Chaque cluster représente un espace du jardin, et le nombre de tiges correspond au nombre de plante perpétuelle dans cette zone. On voit bien que la répartition des plantes est inégale, la forêt nourricière est largement plus fournie que les autres espace.


 

Les couleurs des fruits du jardin par saison

Ce schéma montre les couleurs que l’on peut retrouver sur les fruits du jardin par saison. On voit donc distinctement que la plus grande période de récolte est en été puis en automne, au printemps et en hiver.


 

Les couleurs des fleurs du jardin par saison

Ce schéma représente les couleurs que l’on peut retrouver sur les fleurs du jardin par saison. Cela montre clairement que la plus grande période de floraison est au printemps, et la plus faible en automne.


 

 

J’ai donc choisi de réaliser une cartographie interactive qui sera affichée à l’entrée du jardin pour permettre aux visiteurs de mieux visualiser les espaces mais également de comprendre leurs buts.

Effectivement, à première vue, ce jardin paraît un peu fouillis, les différents espaces ne sont pas clairement définis et on ne comprend pas forcément pourquoi ils sont agencés de cette façon. En questionnant les visiteurs cette remarque revient presque systématiquement : ils ne se retrouvent pas dans le jardin, ne visualisent même pas par où sortir et ne savent pas pour certains que c’est un jardin permacole.

Pourtant l’association souhaite mettre cela en avant pour promouvoir la permaculture et ses techniques. Cette carte sera donc bien utile aux visiteurs : elle aura à la fois un rôle d’orientation et un rôle pédagogique.

Niveau design, j’ai choisi de partir d’une base très épurée et minimaliste pour ne pas perdre les visiteurs sous une ribambelle d’informations au premier abord. Ainsi, sur la carte qui sera affichée on voit bien distinctement chaque zone, mise en avant par une couleur vive qui lui est propre. J’ai choisi de mettre en avant également l’entrée et la sortie pour bien situer le visiteur au sein du jardin et lui indiquer qu’il peut le traverser et sortir par le fond, ce qui n’est pas évident lorsqu’on arrive dans le jardin par le parc du Landry. J’ai aussi choisi de placer la carte au milieu de motifs rappelant l’herbe pour contraster avec les formes géométriques du jardin mais aussi pour améliorer la reconnaissance de l’image pour la réalité augmentée.

J’ai choisi de faire apparaître dans un premier temps les noms des grands espaces et les zones clés du jardin, qui sont pour la plupart intimement liées à la permaculture : le trou de serrure, la spirale aromatique, l’espace enfant et la ruche. On pourra donc à partir de là accéder à des détails sur ces zones en appuyant dessus pour comprendre leur utilité et leur emplacement, ce qui donnera peut-être aux visiteurs l’envie de reproduire cela dans leur propre jardin.

A partir de là, il sera possible de modifier le contenu affiché en choisissant différents filtres. Certains filtres seront plutôt techniques pour permettre aux visiteurs d’en apprendre davantage sur le jardin et sur ses plantes comme les emplacements des plantes par zone avec leurs caractéristiques propres (rusticité, besoin en terme d’exposition, type de sol). D’autres seront plus sensoriels : mise en avant des couleurs que l’on retrouve par saison au sein du jardin (sur les fleurs, les feuilles, les fruits). Ces filtres offriront aux visiteurs une vision différente du jardin et leurs donneront peut-être envie de revenir le voir à d’autres saisons.

On peut voir ci-dessus la version de la carte de base vue à travers un smartphone ou une tablette utilisant l’application : les noms des zones principales apparaissent alors, ainsi que les zones clés dont j’ai parlé plus tôt et les filtres pour modifier le contenu affiché. Sur l’image suivante on voit une capture d’écran de l’application avec le filtre «Fruits» activé.